Grippe : 8500 décès depuis mi-janvier 2015

By | mars 5, 2015

La canicule de 2003 a engendré 1700 décès, la grippe à elle toute seule depuis mi-janvier atteint le chiffre de 8500, d’après ce qu’annonce l’institut de veille sanitaire.

Chaque hiver, la grippe engendre des décès, quelques milliers, mais des épisodes aussi importants sont beaucoup plus rares. Toujours d’après la veille sanitaire, le taux de mortalité de la grippe hivernale 2015 est plus important de 19% par rapport aux autres années, toutes causes confondues. L’institut de veille sanitaire précise que la mortalité due à la grippe est plus importante chez les personnes âgées, mais il n’est pas possible de fixer le taux supplémentaire cette année pour cette catégorie de personnes.

Le docteur Daniel Lévy-Brühl, épidémiologiste à l’institut de veille sanitaire, reconnait que l’épidémie de grippe est plus mortelle que par les autres années, mais que malheureusement l’épidémie n’est pas finie.

Des cas importants, mais moindre que celui de cette année, ont toutefois été enregistrés durant l’hiver 2008-2009 et celui de 2012-2013, chacun atteignant 10000 décès sur toute la durée de l’épidémie. Ces chiffres viennent d’être annoncés alors que l’institut de veille sanitaire affirmait courant février que le vaccin contre la grippe n’était pas optimal. Le vaccin n’étant pas optimal pour cause de mutation de la grippe de type 1 (H3N2) qui n’a pas été prise en compte dans la composition de celui-ci.

Le ministère de la santé, au courant de cela, avait tout de même décidé de continuer la campagne de vaccination jusque fin février pour limiter le nombre de cas. Le seul épidémique est à 177 cas pour 100 000 habitants, fin janvier, il était déjà à 470 cas pour 100 000 habitants. A cette période le personnel médical, les professionnels de la santé ont été avertis afin que tout soit mis en œuvre et préparé pour recevoir une affluence de cas. Le président du Samu-Urgences de France, François Brau déclare que la sur-saturation des services d’urgences est au même niveau que durant la canicule de 2003.