Cancer de prostate : La bithérapie réduit d’un tiers le nombre de décès

By | janvier 8, 2015

Chez les personnes âgées de plus de 65 ans souffrant de cancer de la prostate, l’association de la radiothérapie à l’hormonothérapie permet de réduire le nombre de décès d’un tiers. C’est le résultat d’une étude réalisée par des chercheurs américains et publiée récemment.
Associer la radiothérapie à l’hormonothérapie dans le traitement du cancer de la prostate chez les personnes âgées de 65 ans et plus permet de réduire d’un tiers les cas de décès. C’est la conclusion tirée par des chercheurs américains après une étude dont les résultats ont été publiés dans Journal of Clinical Oncology. Ils ont en effet enquêtées sur une population de 31.541 d’hommes dont l’âge est compris entre 65 ans et 85 ans.

Les résultats obtenus par ces chercheurs montrent en effet que le nombre de décès est réduit de 57 % chez les personnes atteintes et âgées de 65 à 75 ans lorsqu’on utilise la bithérapie, contrairement à l’utilisation de l’hormonothérapie seule. En outre, la baisse de la mortalité est de 49 % chez les personnes âgées de 76 à 85 ans.
Par ailleurs, cette étude se justifie aussi par le fait que les études s’intéressent très peu à cette catégorie de personnes qui reçoit peu ou pas de traitement pour un cancer de la prostate et particulièrement le cancer localement avancé. En effet, le cancer de la prostate localement avancé est un cancer qui se répand progressivement à l’intérieur de la prostate et qui entraine le développement de métastases.

Ce type de cancer est une cause de mort chez les patients et trois différentes études avaient prouvé que l’hormonothérapie seule ne serait pas efficace pour améliorer l’état de la personne atteinte. Toutefois, les patients âgés de 75 ans et plus n’étaient pas fortement représentés dans l’échantillon qui a servi à ces trois études.

Un vide que vient comblé l’étude américaine.

A lire aussi :  Une femme examine les testicules des hommes gratuitement