Les urgences en grève illimitée à compter du 22 décembre

By | décembre 4, 2014

Après les généralistes et les spécialistes qui ont annoncé leur grève pour la période du 23 au 31 décembre, c’est au tour des urgentistes d’annoncer un arrêt de travail illimité pendant les vacances de Noël.

Ce 27 novembre 2014, l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) a porté à la connaissance du public qu’elle entrerait en grève illimitée à compter du 22 décembre. Christophe Prudhomme, porte-parole de l’association a déclaré que le préavis de grève « est en train de partir ». Au menu des revendications, le temps de travail et la revalorisation des heures de garde. «Ce qu’on demande, c’est que notre temps de travail soit limité à 48h, qu’entre 39h et 48h, il y ait une revalorisation.» précise le professionnel des services d’urgences. Il ajoute ensuite qu’aussi bien la permanence des soins que l’accueil des patients 24h/24 et tous les jours de la semaine est un «service public» qui doit être rémunéré. A cet effet, il faut remarquer par exemple que chaque garde effectuée par un médecin universitaire lui rapporte 200 euros de plus qu’à un praticien hospitalier.

Des discussions en cours avec le gouvernement

La motion de grève déposée par l’Amuf vient s’ajouter au mouvement que les quatre syndicats représentant les médecins libéraux ont prévu pour la période des vacances de fin d’année, notamment du 23 au 31 décembre.  « On dit au gouvernement qu’il faut qu’il prenne ses responsabilités » sur la question des réquisitions des généralistes et spécialistes pour assurer les gardes, afin de parer à d’éventuels dysfonctionnements, notamment lorsqu’il y aurait un afflux supplémentaire de patients, indique Christophe Prudhomme.

De son côté, Patrick Pelloux, président de l’Amuf souligne que les urgentistes n’ont « rien contre la loi santé » que l’Assemblée Nationale doit étudier début 2015, et que le présent appel à la grève correspond à un «problème interne à l’hôpital».

Interrogée, Marisol Touraine, la ministre de la santé a indiqué que les discussions sont en cours pour trouver un compromis.