Médecin grèves en perspective pour les révéillons

By | novembre 25, 2014

Les urgences risquent de déborder pour les fêtes de Noël jusqu’au réveillon du Nouvel An, si les syndicats des médecins généralistes, L’UNOF-CSMF et le MG France maintiennent leur projet de grève contre la généralisation des avances de frais et le projet de loi santé Marisol Touraine. La situation pourrait même être catastrophique si le mouvement était suivi par l’ensemble des généralistes déjà en colère, estimant que leurs actes sont réduits en peau de chagrin par le gouvernement et leur profession menacée.

Protestation avant les débats

A l’heure où chacun s’active à préparer les fêtes de fin d’année, l’ensemble des syndicats des médecins généralistes s’apprête à entrer dans un mouvement de protestation qui viendra probablement contrarier les plans du gouvernement en cette période de réjouissances. Si les débats doivent commencer au début de l’année 2015, les grandes lignes du projet sont déjà tracées avec pour principal objectif d' »attaquer les inégalités de santé à la racine ». Premièrement, il est question de « prévenir avant de guérir », selon les propres termes de la ministre de la santé. Cet adage tombe à pic pour les syndicats qui protestent en espérant barrer la route à un projet de loi qui va selon eux, à l’encontre du bien-être des malades et de la prise en charge de proximité. A moins de miracles, les urgences risquent d’être submergées dans tous les régions de France et de Navarre et l’on peut sans difficulté, imaginer la situation désastreuse qu’il faudra affronter.

Un projet de loi qui divise

Deuxièmement, la ministre souhaite dans son projet de loi, faciliter la santé au quotidien, alors que les médecins se plaignent depuis longtemps déjà, du tiers payant et des contraintes qu’on leur impose pour les avances de frais. Le troisième volet qui porte sur « l’excellence du système de santé par l’innovation », les médecins généralistes n’y croient pas et dénoncent plutôt le démantèlement de leur profession. La réforme prévoit la possibilité pour les pharmaciens de procéder à la vaccination des patients alors qu’il s’agit d’un acte purement médical. Par ailleurs, il est prévu que les infirmiers cliniciens puissent porter des diagnostics et prescrire des examens complémentaires ainsi que des traitements. La tension est palpable dans la profession.

Le MG France est déjà sur le pied de guerre et des discussions sont en cours pour déterminer les journées opportunes de protestation. le syndicat des médecins généralistes, l’UNOF-CSMF a d’ores et déjà appelé les praticiens à fermer leur cabinet durant la période du 24 au 31 décembre 2014. Si tous les médecins respectent les consignes de gréve pour protester contre la réforme, alors que les effectifs sont déjà réduits en raison des vacances, nous pourrions traverser une période difficile qu’il faudrait dès à présent anticiper pour minimiser les dangers, notamment pour les malades qui nécessitent des soins en continue.
La question est de savoir si solidarité interprofessionnelle pourra faire front au projet gouvernemental, alors que les différents corps de métier de la santé, pharmaciens, médecins, infirmiers etc… sont face à un projet de loi susceptible de les diviser?