PSA annonce qu’elle va employer plus d’apprentis en 2015

By | novembre 25, 2014

De plus en plus de voix se font entendre pour privilégier l’apprentissage. Il est d’ailleurs beaucoup plus développé chez nos voisins allemands qu’en France. Une grande entreprise automobile, PSA annonce qu’elle va employer plus d’apprentis en 2015. Est-ce un simple effet d’annonce ou va-t-on se voir développer en France l’apprentissage qui avait quasiment disparu ces dernières années ?

Un nouveau contrat social chez PSA

PSA Peugeot Citroën fait le constat amer, comme ses concurrents, d’une baisse des ventes de voitures neuves. PSA considère que, dans le cadre du baby boom, de nombreux seniors vont partir à la retraite. Il souhaite les remplacer par des apprentis qui signeront un contrat en alternance. PSA considère que c’est un des moyens de rebondir face à la crise qui paralyse les ventes de véhicules neufs. Dans le cadre de l’accord de compétitivité de 2013 et qui arrive à échéance en 2016, le Comité central de PSA rencontrera à Paris, les syndicats,le 24 novembre, afin de mettre en place ce qui pourrait, à partir de février 2015 devenir le nouveau contrat social de l’entreprise. Ce dispositif d’adéquation des emplois et des compétences (DAEC) met en avant 1500 congés seniors qui seraient compensés par l’arrivée de 2 000 jeunes qui seraient employés comme apprentis. S’y ajouteraient 1 400 mobilités en interne, 500 mobilités externes sécurisées et l'embauche de 550 salariés.

L’intérêt des congés seniors

Actuellement, PSA Peugeot Citroën s’appuie sur une masse salariale composée de 58 000 salariés en CDD, d’autres ou en CDI. Parmi eux, 29% occupent un emploi sensible c’est-à-dire un poste dont l’entreprise automobile a moins besoin. PSA doit recréer un équilibre afin d’être plus compétitif sur le marché automobile. Pour éviter un plan social, l’entreprise automobile française doit présenter des mesures incitatives, destinées à encourager des seniors à anticiper leur départ. Plus de 2000 personnes ont déjà bénéficié de ces mesures qui leur ont permis de quitter l’entreprise plusieurs trimestres avant l’âge légal de la retraite. Ils reçoivent 70% de leur dernière rémunération. Ils appartiennent toujours officiellement aux effectifs de l’entreprise jusqu’à la date légale de leur départ à la retraite. Tout le monde y trouve son compte : les employés, souvent des gens qui ont commencé à travailler tôt et qui sont usés par le travail, peuvent profiter de leur retraite plus tôt. Quant à l’entreprise, elle réduit sa masse salariale. Ces employés qui avaient de l’ancienneté coûtaient plus cher que des apprentis et de nouveaux ouvriers.

En quoi consistent les mobilités externes sécurisées ?

PSA incite les salariés qui le souhaiteraient, à quitter momentanément PSA, pour aller travailler dans une autre entreprise. Rien n’est imposé. Le salarié volontaire sait qu’au bout de deux ans, il doit choisir : soit rester dans sa nouvelle entreprise, soit revenir chez PSA où il sera réintégré sur son poste ou un autre poste du même type. L’objectif de PSA est de réduire sa masse salariale afin de devenir une entreprise plus compétitive sur le marché de l’automobile. Cette mesure semble convenir à certains employés puisque, depuis le 1er mai mai 2014, 50 personnes ont fait ce choix.