Quand parents et enseignants boudent l’apprentissage

By | novembre 24, 2014

Le 24 novembre 2014, l’AGEFA-PME publie, en collaboration avec l’institut de sondages Opinion Way, une étude mettant en lumière le désamour des parents et des enseignants pour l’enseignement professionnel. Le sempiternel « passe ton Bac d’abord » semble plus que jamais ancré dans les esprits…
Les jeunes et le paradoxe de l’apprentissage

Ce sondage a été mené en ligne du 23 au 31 octobre 2014 sur la plateforme AGEFA, auprès de 775 jeunes de moins de 30 ans, eux-mêmes membres du réseau AGEFA-PME.

Pour 75% des sondés, l’apprentissage est fortement dévalorisé par les parents d’élèves, tandis que 69% considèrent que le corps enseignant boude ces filières. Paradoxalement, ces positions sont loin d’être partagées par les principaux intéressés : si 38% d’entre eux pensent en effet que l’apprentissage a une dimension dévalorisante, ils expliquent que c’est précisément en raison de l’image véhiculée par les adultes référents.

En fait, 74% des jeunes de moins de 30 ans déclarent avoir une bonne opinion des filières professionnelles (excellente opinion pour 64%), et 52% des ceux ayant suivi une formation « classique » regrettent de ne pas avoir suivi de voie professionnelle. De la même manière, ils sont 72% à croire que le passage par l’apprentissage en alternance constitue un véritable avantage pour faire ses premiers pas sur le marché du travail. Quant aux apprentis et ex-apprentis, ils sont 89% à se déclarer satisfaits de leur choix de cursus.
Apprentissage et lutte contre le décrochage

A l’heure actuelle, on compte environ 420 000 jeunes engagés dans l’enseignement professionnel : l’objectif du Gouvernement est de faire passer ce nombre à 500 000 à l’horizon 2017. C’est notamment ce que la ministre de l’Education Najat Valleau-Belkacem et le Premier Ministre Manuel Valls ont annoncé le 21 novembre 2014 à l’occasion de leur présentation du plan de lutte contre le décrochage scolaire (140 000 jeunes seraient concernés chaque année).

Pour autant, il convient de rappeler que les filières professionnelles ne sont pas des formations subalternes, ni des solutions pas défaut pour des jeunes en échec scolaire. C’est précisément de cette mauvaise image que ces formations souffrent auprès des parents et du corps éducatif.
La consultation nationale de l’AGEFA-PME

Dans cette perspective, l’AGEFA-PME (organisme affilié à la CGPME et voué à la valorisation de l’enseignement professionnel) engage une grande consultation nationale sur le sujet. L’objectif affiché est de redorer le blason de l’apprentissage et de lui redonner une image d’excellence, au-delà des préjugés dont il est l’objet. Ainsi, de nombreux événements et tables rondes seront organisés pendant trois mois à Paris et en Province.

Le coup d’envoi de cette consultation sera donné au Salon de l’Education qui se tiendra à Paris du 27 au 30 novembre prochains. L’AGEFA-PME entend s’assurer la participation de tous les acteurs concernés (enseignants, jeunes, parents, entreprises) afin de proposer des solutions concrètes au Gouvernement et d’attirer davantage les jeunes vers l’enseignement professionnel.