Le système d’évasion fiscale SwissLeaks

By | février 9, 2015

180 milliards d’euros, 100 000 clients, 20 000 sociétés offshore, de nombreux médias dévoilent le secret bancaire Suisse. L’opération, baptisée SwissLeaks visent à dévoiler l’envers du secret bancaire suisse, l’évasion fiscale.

Ce rapport d’enquête publié le 08 février 2015 montre toutes les ruses utilisées pour permettre à 180 milliards d’euros d’échapper aux administrations fiscales de différents pays. Le deuxième groupe bancaire mondiale, le groupe HSBC et sa filiale suisse HSBC Private Bank est l’un des plus importants protagonistes dans cette affaire.

Cette enquête a pu voir le jour grâce au concours d’un ancien expert informatique et ex-employé de la filiale suisse, Hervé Falcani. Un site internet a même été ouvert pour retrouver l’ensemble des articles « swissleaks.net », fondé par les plus grands médias européens qui ne cherchent pas à se cacher mais à diffuser les informations.

Les enquêteurs ont ainsi pu découvrir que près de 180.6 milliards d’euros ont transité sur des comptes offshore basé au Panama et autres paradis fiscaux entre le 9 novembre 2006 et le 31 mars 2007. Parmi tous ces euros, 5.7 milliards d’euros concernent des comptes de clients français qui ont dissimulés cet argent par le biais de compte offshore et l’intermédiaire de la filiale suisse de HSBC.

Hervé Falacani n’a pas révélé uniquement les 180 milliards d’euros et les quelques français, il a également récolté des données sur des trafiquant d’armes ou de drogue, des organisations terroristes, des stars, des sportifs, des industriels et des politiciens.

Selon l’enquête par « Le Monde », les clients ne sont pas tous venus par eux-mêmes, des gestionnaires de grand compte sont venus les démarchés et leur proposer de mieux camoufler leur argent en profitant du secret bancaire suisse et des possibilités de l’offshore.

L’humoriste Gad Elmaleh a bénéficié de ces possibilités comme le cite « Le Monde » avec un compte approvisionné à hauteur de 80 000 euros entre 2006 et 2007, depuis sa situation aurait été régularisé. Jacques Dessange, lui aussi a profité de ces possibilités à hauteur de 1.6 million d’euros sur la même période.

La justice française détient le rapport de Hervé Falcani depuis 2009 et travaille dessus depuis ce temps, ce sont quelques 3 000 français qui sont suspectés d’avoir profités de cette fraude fiscale. « Le Monde » a mis ces informations à disposition du consortium de journalistes mondiaux basé à Washington pour qu’il soit partagé avec 50 autres médias internationaux.

La banque HSBC vient de publier une réponse à toutes ses accusations en reconnaissant ses erreurs d’une part et en insistant sur le fait que des initiatives ont été prises pour empêcher les fraudes et les blanchiments d’argent.

A lire aussi : G20 évasion fiscale et croissance mondiale étaient au programme