USA: excès de radiothérapie pour les cancers du sein

By | décembre 11, 2014

Plus de deux américaines sur trois atteintes d’un cancer précoce du sein sont traitées par radiothérapie durant 6 à 7 semaines, et cette période n’est pas forcément nécessaire selon American Society for Radiation Oncology.

En effet, cet organisme estime que l’administration de doses plus élevées de radiations par séance durant un temps beaucoup plus réduit (3 semaines suffisent), permettrait de traiter un cancer.
Il s’agit de la radiothérapie dite hypofractionnée et elle présente deux avantages majeurs. D’une part, il s’agit d’un traitement de grande qualité selon le Docteur Justin Bekelman, professeur à la faculté de médecine de l’Université de Pennsylvanie. D’autre part, son coût demeure plus faible que les 6 à 7 semaines de radiothérapie plus couramment répandues, mises en oeuvre pour guérir un cancer précoce du sein.

Par ailleurs, cette solution raccourcit les hospitalisations et favorise ainsi un retour plus rapide à la vie courante. Le Docteur Bekelman précise en outre que les effets secondaires sont similaires à ceux constatés lors de traitement appliqués durant 6 à 7 semaines dans le cadre de cette maladie.

La radiothérapie fractionnée s’est néanmoins développée au cours de cette dernière décennie aux Etats-Unis. 34,5% de ces femmes de plus de 50 ans ont été traitées de cette façon l’an passé, contre seulement 10,8% en 2008. Au Canada, plus de 7 femmes sur 10 en bénéficiaient déjà il y a 5 ans.