Santé en France : Seulement 42 % des patients respectent une prescription médicale

By | décembre 2, 2014

Selon une enquête, seulement 42 % des patients français suivent leur traitement jusqu’au bout. En dehors des risques de complications auxquels s’exposent ces patients, l’étude parle aussi des conséquences sur l’économie.

L’institut de sondage OpinionWay a réalisé une enquête pour le compte du groupe Welcoop sur un ensemble de 1014 patients français. Les résultats de cette étude ont été révélés lors du Festival de la Communication Santé et montrent que seulement 42 % des patients respectent leur traitement médical jusqu’à la fin. Cette étude révèle donc que le suivi du traitement jusqu’à son terme, le respect de la posologie et de la dose prescrite par le praticien sont des comportements qui deviennent moins fréquents chez la moitié des patients français. Dans cette catégorie, les jeunes sont majoritaires. En effet, 13 % des patients âgés de 18 à 24 ans ne respectent pas la prescription médicale. Alors que ce taux est de 1 % seulement chez les patients de 65 ans et plus.

Des répercussions sur l’économie

Le cabinet IMS Health a révélé à travers une étude réalisée plus tôt que le respect du traitement prescrit pour des pathologies telles que l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle, le diabète de type 2, etc., permet d’économiser 9 milliards d’euros par an. L’OMS aussi s’est intéressée à la question puisque ce non respect n’est pas seulement remarqué en France. Pour l’organisation, ce problème augmente dans le monde surtout par rapport aux maladies telles que le Vih/Sida ou les affections cardiovasculaires. Toutefois, elle précise qu’un respect des prescriptions médicales entrainera une amélioration des résultats médicaux sans même l’utilisation de nouvelles technologies.

Des raisons et solutions selon les patients

Pour les personnes enquêtées, les raisons de tels comportements sont entre autres le coût élevé des médicaments, la crainte des effets secondaires, l’épuisement, la sensation d’être guéri et surtout l’oubli. Pourtant, ces personnes peuvent user de nombreuses stratégies pour ne pas abandonner leur traitement et surtout contre l’oubli. Ces stratégies sont entre autres le pilulier électronique et les SMS de rappel. Cependant, les patients proposent aux médecins de fournir toutes les informations utiles sur le traitement, sur les conséquences du non respect de la prescription et sur les dangers face au non traitement de la maladie. Ainsi, le patient sera plus conscient de son traitement.