11000 cas de Chikungunya détectés en Polynésie

By | novembre 28, 2014

Depuis début Octobre 2014, Chikungunya touche plus de 11000 personnes et a entrainé 4 morts, c’est ce que vient d’annoncer le bureau de veille sanitaire de la Polynésie française. L’épidémie n’ayant pas atteint son pic, il faut cependant s’attendre à enregistrer encore plus de cas tout au long de l’année.

Parmi les morts recensés pour cause de Chikungunya, trois sont des personnes âgées qui souffraient d’autres pathologies. Quand à la quatrième personne, il s’agit d’un nourrisson infecté par le Chikungunya par le biais de sa mère.

Le Chikungunya est à l’origine de fortes douleurs et de fortes fièvres. Même si dans la plupart des cas il n’est pas mortel, il reste cependant très virulent et douloureux pour les personnes infectées. Dans la majeur partie des cas, il faut une semaine pour se rétablir, un peu comme la grippe qui sévie régulièrement en France. D’ailleurs, les personnes fragilisées par d’autres pathologies, par d’autres germes sont les premières à être infectées par ce virus.

Le Chikungunya est transmis lors des piqûres de moustiques. Le gouvernement présent en Polynésie française exhorte la population à détruire les gîtes à moustiques par différents moyens.

Le gouvernement allant même jusqu’à répandre un insecticide dans les quartiers les plus touchés afin d’éradiquer le fléau. Espérant ainsi détruire suffisamment de moustiques en peu de temps et donc faire disparaitre le virus, mais cela va demander encore beaucoup de temps, malheureusement. Les moustiques étant très reproducteurs et arrivant à trouver des gîtes dans des endroits que les insecticides pulvérisés sans précision ne peuvent pas atteindre.