Une grave crise monétaire en Russie

By | décembre 17, 2014

Pour enrayer l’effondrement du rouble, des mesures radicales viennent d’être adoptées. Cette crise monétaire est dramatique pour la population mais également pour le président Vladimir Poutine complètement impuissant.

Depuis 15 années passées au pouvoir en Russie, jamais Vladimir Poutine n’avait du affronter pareille crise. En ce moment même, depuis mardi, les files d’attente pour échanger les roubles en dollars ou euros ne cessent de s’accroitre. Les Russes ne savent plus quoi faire, ni même Vladimir Poutine qui ne fait aucun communiqué.

Le porte parole du Kremlin, Dmitri Peskov se refuse de commenter cette crise sans précédent, il explique toutefois que cette question économique ne relève pas de la présidence mais du gouvernement.

Lundi dernier le rouble plongé de 9.%, mais mardi, ce sont 20% de chute supplémentaire qui se sont cumulés. Le taux de change atteignant 1 euro pour 100 roubles, et 1 dollar pour 80 roubles. Wall Street voit sont indice moscovite chuter de 12% en la même période.

Cette crise n’est pas le fruit du hasard pour autant. Des sanctions économiques ont été décrétées par les Occidentaux à cause de la gestion de la crise Ukrainienne par la Russie ainsi que pour la chute des cours du pétrole.

Jeudi prochain, le président Russe doit s’exprimer devant des journalistes russes et étrangers, une inquiétude supplémentaire pour Vladimir Poutine malgré le soutien de son peuple.

Certains spécialistes annoncent déjà que cette crise pourrait être du même niveau que celle de 1990 même pire. La crise de 1990 ayant mis en faillite la Russie. La crise actuelle n’est pourtant pas si récente que cela ; depuis le début de l’année, le rouble a perdu près de 60% de sa valeur face au dollar.

Pour l’instant l’état se refuse de toucher aux libertés des échanges financiers et de devises, mais jusque quand. Les analystes de Barclays viennent quand à eux de préciser qu’il faudra un big bang pour contrer la chute et sortir de cette récession profonde. La banque centrale continue quand à elle d’augmenter les taux et donc de plonger toujours un peu plus le pays dans la récession. Actuellement le taux pour un crédit immobilier vient d’atteindre 22%, il n’y a aucun doute que les ménages vont être malmenés par cette crise.