Santé : un rapport épingle la mutuelle des jeunes la LMDE

By | mai 13, 2015

Nommé Défenseur des droits par le président François Hollande depuis juillet 2014, Jacques Toubon est chargé de veiller à la promotion de l’égalité et au respect des droits et des libertés. Il vient de publier un rapport consacré à l’accès aux soins des étudiants.

Celui-ci pointe du doigt les difficultés criantes que rencontrent ces jeunes dans leur rapport avec leur mutuelle. Les problèmes rencontrés visent particulièrement la première mutuelle étudiante en France, la LMDE, qui a d’ailleurs été placée sous sauvegarde de justice pour six mois en février dernier. Jacques Toubon a soumis un questionnaire en ligne à 1 500 étudiants entre le 5 décembre 2014 et le 5 février 2015 pour recueillir différentes données. Les résultats sont à prendre avec un certain recul car l’échantillon ne peut pas être jugé comme véritablement représentatif. Néanmoins, les chiffres présents dans le rapport témoignent des dysfonctionnements des mutuelles étudiantes.

D’une part, plus d’un étudiant sur cinq indique avoir déjà connu un problème d’affiliation et/ou de désaffiliation. D’autre part, 23% des interviewés ont déclaré avoir été contraints de faire l’avance de leurs frais de santé. Par ailleurs, plus d’un étudiant sur deux estime avoir été remboursé très tardivement par sa mutuelle. Jacques Toubon évoque d’autres ennuis rencontrés fréquemment par ces jeunes, qui connaissent déjà pour un certain nombre d’entre eux de réelles difficultés financières. 19% des garçons et des filles interrogés ont affirmé que leur mutuelle avait déjà perdu une de leur feuille de soin, et le même pourcentage a reconnu n’avoir pas pu déclarer leur médecin traitant en raison de fautes de gestion. De nombreux étudiants ont également expliqué avoir dû composer avec une carte vitale inutilisable durant une certaine période. Plus honteux encore, un garçon atteint d’un cancer a vu ses soins remboursés intégralement seulement après l’intervention des services du Défenseur des droits.
Enfin, ils ont été nombreux lors du questionnaire à souligner le manque d’information de la part des mutuelles et leur incapacité à donner des réponses claires à leurs interrogations.