Grippe: l’épidémie entraîne la saturation des services sanitaires … et funéraires !

obseque infographie
A_UNIVERS_TELEPHONIE_468x60.gif

Alors que les média relaient d’articles en reportages l’engorgement des urgences et des structures hospitalières, les autorités réalisent progressivement que l’épidémie de grippe sature également et en toute logique les entreprises funéraires, littéralement débordées par l’augmentation de décès consécutifs à la vague de maladie.

En effet, ce sont 1612 disparitions qui ont été répertoriées sur la dernière semaine de 2016, parmi lesquelles de nombreuses liées au virus : un chiffre bien au-delà de la moyenne pour cette période précise.
Là où la grippe emporte une fourchette de 1500 à 2000 personnes par an, la souche actuelle, beaucoup plus agressive, devrait largement accroître les statistiques : on s’attend du reste à ce que la hausse de la mortalité dépasse en l’état le résultat dramatique chiffré en 2015, période particulièrement létale avec plus de 18 000 morts.

Si les données ne sont pas encore clairement établies, le pic de la contamination étant à venir, il n’en demeure pas moins que le milieu du funéraire se retrouve débordé au même titre que les services de santé.
Dans les grandes métropoles comme Paris et Lyon comme dans les villes de taille plus réduite, c’est le même son de cloche : les plannings sont surchargés, qu’il s’agisse d’enterrement ou d’incinération.
Les personnels accumulent les heures supplémentaires tandis que les congés sont annulés, les agents partis en vacances rappelés d’urgence pour faire face à la situation.

On imagine que les services administratifs délivrant les concessions ainsi que les fabricants de tombes sont également impactés ; quant aux assureurs spécialisés, ils doivent aussi être impliqués.
Les conséquences de cet afflux ? Si pour l’instant les acteurs de la filière arrivent encore à gérer le problème et à fournir des prestations convenables, les temps d’attente s’allongent jusqu’à l’extrême limite tolérée par la loi. Tous craignent par ailleurs que la qualité des services s’en ressente.

Pour approfondir : les données chiffrées des obsèques en France

En ce début d’année 2017, les chiffres tombent. Certaines prédictions ne sont pas spécialement rassurantes.
En 2030, on estime à 700 000 le nombre de morts en France contre 594 000 en 2015, soit une augmentation de + 17% en seulement… 15 ans !
Des chiffres auxquels vont vite devoir faire face les administrations compétentes. On note également une très nette progression de la crémation : 10 % en 1994 contre 40 % en 2020 !
Mais, mieux que de longues explications, tous les chiffres en image.

assurance obseques

Crédit image : lassurance-obseques.fr 

A_UNIVERS_INFORMATIQUE_300x250.gif
Pin It

Les commentaires sont fermés