Sondage Harris : retour de Nicolas Sarkozy en politique

A_UNIVERS_TELEPHONIE_468x60.gif

Retour de Nicolas Sarkozy en politique : ce qu’en pensent les français ? Sondage publié par Harris.

Parmi les trois candidats les plus probables à l’élection pour la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy est de loin le choix privilégié par les sympathisants du parti de Droite : 56% d’entre eux préfèrent l’ancien chef de l’Etat, quand 25% choisissent plutôt Bruno Le Maire et 2% Hervé Mariton, 17% des sympathisants UMP renonçant à se prononcer.

Dans la perspective de la prochaine élection présidentielle de 2017, le principe d’une primaire ouverte pour désigner le candidat de la Droite semble faire consensus : ce processus est souhaité par 80% des sympathisants de Droite en moyenne, dont 78% parmi les sympathisants de l’UMP, 86% parmi ceux de l’UDI, et 81% parmi les personnes proches du MoDem. Quant au résultat attendu de cette éventuelle primaire, on observe un clivage net entre, d’une part, les sympathisants de Droite dans leur ensemble, qui sont très partagés entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy (37% chacun), le maire de Bordeaux bénéficiant d’un fort soutien des sympathisants du Centre-Droit (UDI et MoDem) ; et d’autre part, les sympathisants de l’UMP, qui témoignent d’une préférence forte envers l’ancien Président de la République (58%, contre 28% à Alain Juppé). Parmi les autres candidats potentiels, aucune personnalité n’est souhaitée comme candidate par plus d’une personne sur dix, qu’il s’agisse de Bruno Le Maire (8% à Droite, 4% à l’UMP), de François Fillon (7% à Droite, 6% à l’UMP) ou de Xavier Bertrand (3% à Droite, 1% à l’UMP).

Les sympathisants de Droite jugent que Nicolas Sarkozy est plus capable qu’Alain Juppé d’améliorer les choses dans différents domaines d’action politiques : davantage que l’ancien Premier Ministre, le prédécesseur de François Hollande à l’Élysée est jugé davantage capable d’offrir une place plus importante à la France dans le monde (48% contre 36%), d’augmenter la croissance (38% contre 32%) et de réduire le chômage (34% contre 29%), même si Alain Juppé est identifié comme plus à même de réduire les inégalités (30%, contre 25% à Nicolas Sarkozy). Cette préférence tendancielle envers Nicolas Sarkozy est particulièrement prononcée chez les sympathisants de l’UMP, au sein desquels l’ancien chef de l’Etat recueille des scores environ deux fois supérieurs à ceux collectés par Alain Juppé.

A_UNIVERS_INFORMATIQUE_300x250.gif
Pin It

Les commentaires sont fermés